Etats-Unis : retour sur investissement rapide ?

L’enquête du CFO révèle qu’environ la moitié des entreprises américaines ramèneraient de l’argent caché à l’étranger et chercheraient à l’investir dans des investissements dans les technologies de pointe et les investissements à haut rendement.

Obtenir des retours rapides sur les fonds rapatriés serait une priorité absolue pour les entreprises américaines si elles ramènent des fonds dans le cadre du plan d’exonération fiscale proposé par l’administration Trump, selon une enquête menée par C2FO, une société privée de technologie financière. Investir dans des résultats à faible risque et à rendement rapide, avec des avantages à haut rendement, était l’une des principales options pour les questions de l’enquête concernant la dépense des fonds pour la majorité des 274 répondants à la Conférence du Trésor et des Finances de l’AFP 2017 à San Diego en octobre de cette année.

Et où se tourneraient-ils pour faire un tel tour ?

La technologie financière était la réponse. Le secteur a été le choix par excellence pour les investissements attrayants, en grande partie en raison de son potentiel d’amélioration des indicateurs de performance – 95 % des personnes interrogées lors de la conférence le pensaient.  Les mises à jour technologiques figuraient également parmi les principales options, 62 % des répondants l’ayant dit.

Près de la moitié des entreprises américaines (46 %) ont déclaré qu’elles ramèneraient de l’argent caché à l’étranger, selon l’enquête.

Avec environ 2 000 milliards de dollars de fonds d’entreprises américaines qui restent hors des frontières américaines, une exonération fiscale approuvée par le gouvernement, comme celle qui est actuellement envisagée, pourrait donner un énorme coup de pouce à l’économie américaine si les entreprises investissaient ces sommes d’argent chez elles. Cela fait environ 13 ans que le Congrès a approuvé pour la dernière fois un allégement fiscal pour les entreprises, appelé Homeland Investment Act de 2004, qui offrait des taux d’imposition réduits de 5,25 % en 2005 et 2006. En conséquence, environ 312 milliards de dollars de revenus de source étrangère sont retournés dans les coffres des États-Unis.

Avec un taux d’imposition nominal de près de 40 %, de nombreux dirigeants américains pensent qu’une simple baisse du taux ferait plus de bien qu’une réduction temporaire, a déclaré Sean Van Gundy, directeur général de Working Capital Advisory chez C2FO.

« L’Irlande a un taux assez bas, à environ 13 % ou 15 %, alors que les États-Unis ont un taux d’imposition des sociétés de 38 % « , a déclaré M. Van Gundy par téléphone lundi. « C’est pour ça qu’on s’y intéresse aujourd’hui et que c’est une question d’actualité politique. » Toutefois, peu de sociétés paient le taux de 38 %.

Traditionnellement, les entreprises ont utilisé les fonds rapatriés pour des rachats d’actions ou d’autres initiatives qui plaisent aux actionnaires. Pourquoi ce ne serait pas le cas cette fois ? Le sondage suggère qu’il y a un intérêt à investir en vue d’obtenir des rendements.

« En 2004, plus de 90 % (des fonds rapatriés) ont été consacrés au rachat d’actions, a-t-il dit. « Il y aura encore un peu d’attention aujourd’hui, c’est sûr. Mais je pense que s’ils ont de l’argent, les cadres recherchent un rendement rapide et c’est là que la fintech entre en jeu. C’est donc là que les entreprises ont tendance à mettre leur argent au travail. »

Ramener de l’argent à la maison est-il suffisant ?

Même si une bonne partie de l’argent de l’étranger est revenu aux États-Unis, cela ne fera peut-être pas une grande différence pour stimuler les investissements.  Par exemple, Apple pourrait gagner un monstrueux 47 milliards de dollars si le congé fiscal est approuvé selon les calculs de deux journalistes du Financial Times. Mais, comme Tim Cook l’a expliqué dans le passé, cela ne signifie pas nécessairement qu’Apple investirait la même chose. La société préfère emprunter de l’argent pour investir plutôt que de prendre des fonds de la trésorerie de la société à de telles fins.

D’autres éléments à retenir de l’enquête : 46 % des répondants ont dit qu’ils investiraient dans la recherche et le développement, tandis que 14 % ont dit qu’ils investiraient dans des programmes de financement du commerce extérieur pour les fournisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 7 =